Filentre – La Marche feat Tiken Jah Fakoly

« La Marche » le nouveau single de Filentre avec Tiken Jah Fakoly.
Premier titre de l’album « Inou Wali » à paraître à l’automne 2018.
Page YouTube : https://www.youtube.com/c/FilentreOfficiel
Facebook : https://www.facebook.com/FilentreOfficiel/

Enregistré au studio Humble Ark, Bamako (Mali) avec Manjul
Mixé au studio Le Mirador, Corconne (France)
Masterisé au studio Sonics Mastering, Marseille (France)

Musiciens :
Filentre (voix, guitare rythmique), Jean-Marc « Marco » Kotokory (Batterie), David Jno « Ras Jumbo » Baptiste (basse), Vivi Avelino (guitare lead), Roger Le Vent (claviers), Aurélien Deltoro (trompette), Harold Camus (saxophone), David Meyrat (trombone), Manjul Souletie (percussions)

Réalisé par Sami Jalal
Tourné à Bamako, Mali

Paroles :

LA MARCHE

Et on marche sur le pavé
Pour changer l’histoire, le peuple doit se relever
Et on marche, vers le Palais
Réclamer nos droits, reprendre ce qu’on nous a volé

Ce matin sur la place, la foule rassemblée est prête à battre le pavé
En avant pour la marche, les pancartes sont levées et les banderoles déployées
Dans le brouillard des fumigènes, on avance le poing levé
Face à nos barricades, leur lacrymogène, ne pourra nous diviser
Je sens la colère monter, dans le cri d’un peuple qu’on méprise
J’entends le tonnerre gronder, c’est le bruit des chaînes qui se brisent

Et on marche sur le pavé
Pour changer l’histoire, le peuple doit se relever
Et on marche, vers le Palais
Réclamer nos droits, reprendre ce qu’on nous a volé

N’go ayantakè
An fa you takè, an m’bemba you takè
N’go ayantakè
Nombafè ka dobö djognala
Nombafè kan bonzo kana djognakè
N’go ayantakè
An yè bara kè
N’go an yè lékoli kè

Et on marche sur le pavé
Pour changer l’histoire, le peuple doit se relever
Et on marche, vers le Palais
Réclamer nos droits, reprendre ce qu’on nous a volé

Le cortège avance, dans les rues de la ville qui résonnent sous les slogans
De plus en plus dense, le mouvement ressemble à une armée de résistants
Camarade, rejoins le combat, sous l’étendard du peuple
L’avenir nous regarde, et nous donne le courage, d’affronter nos peurs
Le palais n’a qu’à trembler, sous le pas de la foule qui arrive
Des années à nous mépriser, il est temps d’en payer le prix

Et on marche sur le pavé
An yè bara kè, an yé lékoli kè
Et on marche, vers le Palais
Réclamer nos droits, reprendre ce qu’on nous a volé

Nanou bafè kan dobö djognala
Nanou bafè kan dokè horogné
N’go ayantakè
An yè bara kè
N’go an yé lékoli kè